Papier numéro 2 : Changer de travail

Souvenez-vous : j’ai acheté une petite boite à malice pleine de papiers surprise. Bon d’accord, pour l’instant moins drôle que des carambars 🙂

Dans le premier épisode, je devais chanter une chanson française dans une file d’attente. Et bien, je l’ai fait, dans une file d’attente à la caisse du supermarché ! Bon, j’ai juste fredonné, faut pas pousser Mémé dans les orties non plus. A part le regard d’une mamie désespérée, rien ne se passa ! Pourtant, chanter du Claude François, tu as dû le faire Mamie ! A l’époque, tu devais avoir 35/40 ans ! Allez, avoue ! Je veux bien concéder que je dois certainement mal chanter mais quand même ! Bref, pas très concluant pour l’instant 🙂

Aujourd’hui, je dois changer de travail ! Mais quelle évidence !  Je dirai même que c’est mon souci number One… Ca fait un certain temps que je sature, même mon cerveau refuse d’enregistrer la moindre information tellement il en a assez de se retrouver dans des situations tarabiscotées. Ca foisonne trop là haut !  j’ai besoin :
– d’un métier qui me canalise,
– d’un métier intéressant, concret, créatif,
– d’un métier où je vois des gens : définitivement, après 7 ans d’expérience seule, ce n’est pas fait pour moi. Je trouve que plus ça va, plus je ne parle que de moi, en même temps, c’est normal, vu que je passe mon temps avec moi-même, je tourne en rond. Mais justement, ce n’est pas moi,
– d’un métier où je rends service : ça satisferait mon côté assistante sociale,
– d’un métier avec de la verdure, pourquoi pas…
Bref, d’un métier à 5 pattes 😀

Quand j’habitais Lannion, j’avais déjà envisagé d’ouvrir un salon de thé / librairie avec que des gateaux maison, des confitures maison, des livres partout pour prendre le temps de lire, un endroit où on se pose, où on prend du temps pour soi. J’avais prévu d’ouvrir vers 6h pour proposer des p’tits déj maison 🙂 d’éventuellement donner des cours de cuisine en parallèle, faire des séances de lecture pour les papys mamies qui ne voient plus très clairs 🙂 Bref, mille choses à faire dans cette petite boutique…
Mais voilà, la réalité prend le pas et 1) ça demande des fonds que je n’ai pas, 2) la législation dans tout ce qui est alimentaire est tellement rigoureuse que ça dissuade tout de suite d’aller plus loin, 3) seule, c’est trop risqué sur mon échelle de mise en danger personnelle et trouver quelqu’un avec la même vision que moi, c’est difficile parce que ça veut dire être rigoureux, sérieux, ne pas avoir peur de mettre les mains dans le jardin, etc.

Un jour, quand je serai vieille et riche 🙂