Quelle femme serais-je…

Quelle femme serais-je si je vous laissais dépérir,
Si je laissais ce sang, cette sève vous quitter
Sans tendre une main pour vous secourir…
Prenez là vite qu’elle puisse vous hisser
Hors de ce marasme qui vous fait pâlir
Mon amour, mon âme, laissez-vous aimer…