L’écriture

Ayé, c’est la reprise et je dois dire que je suis bien rouillée. J’ai un peu de mal à écrire des textes longs et mon premier réflexe a été d’écrire en vers 🙂 En tout cas, on a bien ri toute la soirée 🙂 Mes collègues sont de sacrés gus toujours prêts à faire marrer et moi, très académique, j’ai fini par me mettre aux pas.

Donc les exercices :
1) écrire un texte avec les mots : cheminée, château, chat, poule et potager.
Ce qui donne :
Un chat grivois campant sur le haut d’une cheminée
Observe par la fenêtre la danse de sa copine la poule
Se déhanchant façon Travolta au milieu d’une foule
Imaginaire d’un poulailler peuplé de coqs bourrés.

Dans la cour du château, au milieu du potager,
Elle parcourt les allées, des salades aux radis
D’une patte légère et dégagée entre les rangs de céleri
Bougeant son popotin plumé dans un rythme effréné.

2) Inventer une abréviation et la définir, je ne suis pas très bonne à ça 🙁
FROC : Fédération Rurale pour l’Organisation du Chou = organisme établissant les normes concernant la plantation du chou (taille, espacement).

3) Ecrire une suite à cette phrase : J’entrais dans la pièce qui avait une douce odeur de noix de coco… A part une histoire de meurtre, pas vraiment inspirée non plus.

4) Notre voisin crée un mot en prenant une syllable de deux autres mots, il nous donne la feuille et à nous de les définir:
Garouzette : La fameuse gazette du loup-garou, petit journal de ce monde fantastique, vous y retrouverez toutes les news (notamment la mort du chanteur GarouHouHou) en direct du haut des montagnes.
Fabibule : Le truc à musique. Inventé en 1427 par un truquiste, il a vite disparu au profit de la chose-trompette détrônée elle-même par le machin-clavecin en 1524.
Sandalong : Le jour le plus long de la Sandale organisé par l’association des Doigts de pieds en éventail avec bien entendu le célèbre concours du lancer de sandale, sandale ou tong et sandale de jour ou sandale de nuit (port désormais autorisé).
Elébourg : village du Burundi peuplé uniquement d’éléphant.
Caracaque : terme technique désignant la partie inférieur de la caracas. Pour obtenir un son de casserole, il suffit de lui mettre une claque.

Bon il faut encore que je travaille ça mais je dois dire que j’ai hâte à la prochaine !! Du coup, j’ai trouvé ce site Zulma (atelier d’écriture et jeux littéraires). J’ai donc répondu aux questions et voilà ce que ça donne au final en retirant les phrases imposées :

Pointant comme un obélisque dressé vers le ciel, la belle se mit à sautiller sur place. Engendrant un déplacement d’air digne d’un vent de noroît terrassant les derniers bateaux en mer. C’était toute l’âme de ce pays qui s’exprimait.. Depuis que, dans le jardin, l’exposition sur les savants repères dans le temps se tenait pour la énième fois. Une balle de tennis traversa la fontaine dont les jets étaient arrêtés. Tout à coup, je vis le chat de Madame Dinchon prendre son élan et sauter pour stopper l’indésirable en plein vol. Bien entendu, Madame Dinchon ne vit rien de ces évènements, concentrer sur son ouvrage, une main tendue vers sa boite à couture, elle brodait tranquillement au soleil du printemps.. Elle avait les ongles peinturlurés de couleurs vives. Le cyan ressortait car lui était pailleté. Elle peignait si délicatement chaque ongle que l’on pouvait saluer la perfection du mouvement et surtout la perfection du résultat, sans trace, lisse comme une vitre. Le vernis se déroulait sur ses ongles comme le fil d’une bobine.. Sa cuisse dodue formait une arabesque en étant plié sous elle comme elle l’était !. Là, je dois dire que je sèche, comment vais-je caser « chance d’héritage » et « écume ». Ah oui, c’est vrai, le fauteuill où elle était assise lui venait de sa grand-mère. Elle avait toujours espéré avoir la chance d’hériter de ce joyau. Un fauteuil Louis XV tapissé de velours rouge dont la frange de laine venait comme une écume bordée le bord de l’assise.. Des panneaux de bois se dressaient le long des douves. Les flèches des archers fusaient depuis l’orée du bois pour se planter dans ces troncs noueux dont les pieds étaient recouverts d’une boue fraîche marron.. On n’y voyait plus l’herbe des morts tellement le sol était retourné par les assauts des hommes guerroyants, morts ayant disparu depuis la dernière bataille, ramassés par les femmes et jetés dans les salants..

Et pour finir, le proverbe du soir espoir 🙂 :  La femme excuse tout, sauf l’indifférence…  Ce proverbe anglais est tellement vrai.