Ecrire à quatre mains

J’écris régulièrement à quatre mains. C’est une façon pour moi de croiser des chemins. En général, ça se manifeste par une simple réponse à un mail. Je quote, tou simplement. Mon correspondant énonce une idée et un simple retour à la ligne suffit à lui répondre sur cette idée. Parfois, des paragraphes entiers, des fois juste l’expression d’un ressenti. Bien entendu, je ne peux pas le faire avec tout le monde, loin de là. Je me vois mal faire ça dans un contexte professionnel mais par contre, cela s’y prête à merveille dans un contexte amical.

J’aime l’idée du ping-pong. Pour moi, c’est vraiment un jeu… C’est enrichir l’idée, le dialogue, la pensée, la manipuler, la faire bifurquer, lui faire prendre une autre vision, lui donner un point de vue différent en énonçant un angle nouveau. Et si le joueur en face est à votre niveau, on excelle et cela se transforme en jonglerie ^.^. J’ai croisé un excellent jongleur récemment mais il n’assume pas sa liberté à s’exprimer et à tournevoler (tiens, je viens d’inventer un mot :)). Alors que moi, j’aime me laisser porter par le vent, et dans l’écriture pareille. Pour aller plus loin, me laisser porter par les mots, le rythme d’une phrase, en langue des signes, j’appelerai ça le geste pur, assembler juste deux mots et transmettre le sentiment complet. L’écriture ne le permet pas vraiment, on a un besoin de décrire, s’étendre sur l’impression.

Sans doute pour ça que je préfère la poésie…