Il n’y a pas de hasard…

Il n’y a pas de hasard… Non… Nous faisons des actions, des fois sans rapport aucun entre elles. Nous semons sans forcément récolter. Et un jour, tout converge…

J’ai décroché mon diplôme en octobre… Pas facile. Livrer un pavé de 66 pages avec un diagnostic de territoire et la vie du projet et le défendre devant un jury, devoir justifier ces choix, expliquer la démarche, l’intérêt, évaluer le tout. Compliqué car rien n’a été simple. Pendant deux ans, on m’a retourné que j’étais trop militante, à l’oral idem… Comment devant un jury, composé par un technicien de la DRJSCS et un professionnel, expliquer la complexité du travail entre citoyens et collectivités ? Le tout saupoudré par l’histoire locale, les personnalités, les enjeux, le pouvoir, etc.

Bref, c’est fait, validé et fêté ! Et comme je ne suis pas du genre à m’asseoir sur mes lauriers, avec mes collègues de DiscoSoupe, nous montons un projet de resto-bus solidaire avec des repas basés sur la récupération des invendus alimentaires. Et comme d’habitude, je tisse, je fais du lien et donc, début décembre, j’ai proposé aux filles de rencontrer Amélie R. de Kerval (Syndicat de valorisation et retraitement des déchets) pour voir les passerelles que nous pourrions faire avec le REGAL (Réseau des Acteurs luttant contre le Gaspillage alimentaire, lancé en 2016 par Kerval et auquel je participe). Jusqu’ici tout va bien. Je prends rendez-vous, nous échangeons sur les projets de chacun et hop ! Amélie nous dit que, suite à l’appel à projets Territoire Zéro Déchet Zéro Gaspillage que Kerval a remporté en 2015, vu nos besoins et ceux des Paniers de la Mer (invendus de poissons), elle avait les fonds pour créer un poste de coordinateur pour une évaluation des ressources. Deux regards se sont tournés vers moi et j’ai réussi à sortir :” ça tombe bien, je viens de décrocher mon DEJEPS animatrice coordinatrice avec une mention Développement de projets territoire et réseaux !”… Bref, j’arrive avec un projet et je ressors avec du boulot 🙂 Envoi de CV le lendemain, confirmation le surlendemain. C’était plié. C’était sans compter sur les lourdeurs administratives (déblocage des fonds auprès de l’ADEME, soumission du poste aux élus du syndicat) et l’arrivée d’un nouvel acteur dans la balance : Rich’ESS, le pôle ESS du pays de Saint-Brieuc. Au final, en mars, le poste a été repris par Rich’ESS, on m’a demandé la rédaction d’une note d’intention de 6 pages pour valider ma position sur le poste et je devrais commencer, si tout va bien dans le meilleur des mondes possibles (merci Pangloss !) en avril… J’occuperais donc un poste de Cheffe de projet Gaspillage alimentaire avec pour objectif de réaliser une étude d’opportunité pour la création d’une filière de transformation d’invendus alimentaires. Youhouuuuuuuuuuu !

Le hasard, non non non, ça n’existe pas 🙂

A propos Yopla

Comme dirait mon meilleur ami, je suis une petite banane :-) J'aime bricoler, cuisiner, lire, rire, faire rire, l'odeur de l'herbe fraîchement coupée, le vent dans les arbres, la crème brûlée, l'architecture, les bisous :-), offrir des cadeaux... Je déteste laver la salade, l'hypocrisie, la jalousie, l'injustice, etc. Bref, un être humain tout simplement :-)

Les commentaires sont clos.